Les 4 clés du bonheur de Tal Ben-Shahar

Publié le par Fab


 Je viens de tomber sur l'article du dernier Psychologies magazine (n° de février) : "Nous avons pris un cours de bonheur" par Laurence Lemoine.
Je fais partie de ceux qui pensent que le bonheur, cela s'apprend. Sinon comment expliquer que des personnes qui auraient tout pour être malheureuses arrivent à être heureuses ? 
C'est donc avec un grand intérêt que je me suis penchée sur cet article.

 undefined
La journaliste, Laurence Lemoine, expose les 4 leçons données par Tal Ben-Shahar, "professeur de bonheur" à l'université d'Harvard.


Leçon 1 : S'autoriser à être humain, c'est-à-dire accepter d'avoir des hauts et des bas, de connaître des échecs. 
"Apprenez à échouer ou vous échouerez à apprendre".
Très belle phrase que j'ai décidé de retenir.

Leçon 2 : Cesser de faire plusieurs choses en même temps. 
Ah, ça c'est ma spécialité ! C'est justement ce que j'étais en train de faire quand je suis tombée sur cet article, à savoir déjeuner, tout en lisant et en ayant la télé allumée pour suivre distraitement le journal télévisé. Et c'est fou le nombre de choses que je suis capable de faire comme cela ! Ajouter à ça mon caractère très perfectionniste qui fait que je ne peux pas faire les choses à moitié, vous voyez le résultat : pas stressée la fille !
Tal Ben-Shahar prend un exemple que je trouve très parlant : Pensez à vos deux morceaux de musique préférés, celui auquel vous mettriez 10/10 et un deuxième que vous noteriez peut-être 9,5/10. Ecoutez-les en même temps, vous pourriez mettre alors 19,5/20. Eh bien non, mixés, c'est juste du bruit.
Donc dorénavant, je vais essayer de séparer mes activités. C'est pas gagné.

Leçon 3 : Faire de l'exercice. 
Le sport ne fonctionne pas comme un antidépresseur mais l'absence d'exercice physique à des effets "dépresseurs".
C'est bien pour ça que j'ai décidé (comme chaque année d'ailleurs) de m'y mettre sérieusement cette année. 

Leçon 4 : Tenir un journal où l'on inscrit soit les expériences positives de la journée, soit les expériences difficiles ce qui aboutit d'abord à augmenter le niveau d'anxiété avant de le faire chuter durablement.
Etant d'un naturel pessimiste positif (quand le pessimiste se plaint de la pluie et que l'optimiste espère que la pluie va cesser, le pessimiste positif prend un parapluie), j'opte pour la première solution. 
J'avais vu un film, dont je ne me souviens plus ni le titre ni l'histoire, où une famille (les parents et leurs deux enfants) se retrouvant chaque soir pour le dîner, chacun commençait par raconter ce qu'avait été l'événement positif de sa journée. J'avais trouvé cette idée intéressante. On a tellement de raisons de râler sur tout que s'interroger sur les petits moments de bonheur que l'on a pu vivre au cours de la journée écoulée me paraît un excellent antidépresseur.

La journaliste de conclure que finalement tous ces principes paraissent fort simples. Le problème, c'est que nous ne les appliquons pas.

Et vous, que pensez-vous de ce mini cours de bonheur ?

Publié dans Articles de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Loïc 14/02/2008 22:14

la leçon 3 est essentielle..pour moi toujours, pour mon corps et pour mon âme. Je n'aime jamais autant la vie qu'après mon footing du matin..impression de communiner avec la nature.

expérience positive de ma journée : mon rdv chez un nouveau coiffeur (où j'ai enfin trouvé une coiffeuse qui me comprend)
expérience négative : la grippe de ma fille. Elle a 5 ans et ne comprend pas ce que lui arrive. ça me fait mal au coeur.