"Les senteurs du jardin l'assaillirent"

Publié le par Fab


Je vous livre un passage assez représentatif du Parfum de Patrick Süskind que je suis en train de lire :

"De nouveau, il ferma les yeux. Les senteurs du jardin l'assaillirent, nettes et bien dessinées comme les bandes colorées d'un arc-en-ciel. Et la senteur précieuse, celle qui lui importait, était bien là. Grenouille en était brûlant de volupté et glacé de terreur. Le sang lui monta à la tête comme à un galopin pris en faute (...). L'attaque de cette odeur avait été trop brusque. L'espace d'un instant, d'un soupir qui lui parut une éternité, il lui sembla que le temps se dédoublait ou qu'il s'annihilait tout à fait, car il ne savait plus si maintenant était maintenant, si ici était ici, ou bien si au contraire ici et maintenant était autrefois et là-bas : à savoir rue des Marais, à Paris, en septembre 1753. Car le parfum qui flottait dans l'air, en provenant de ce jardin, c'était le parfum de la jeune fille rousse qu'il avait alors assassinée."

Publié dans Citations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article